lâcher prise

La méditation en action : laisser faire et toucher la cible

S'efforcer de laisser faire ?
Le laisser faire, ou lâcher prise, authentique est difficile à appréhender. D'autant plus que nous avons l'habitude, au contraire, de mettre l'accent sur la volonté consciente, l'effort acharné, la maîtrise de soi. Le laisser faire est pourtant au cœur de la pratique de la méditation, et plus largement de toute forme de culture de soi : auto-hypnose, tai chi chuan, qi gong, etc.

Lorsqu’on parle de méditation, on retrouve souvent cette injonction : lâcher-prise ! Facile à dire, mais quand on se met à la pratique, essayer de laisser faire peut devenir une source de tension.

Un paradoxe : s’efforcer de lâcher prise

Comment s’y prendre ? Est-il même possible d’apprendre à laisser faire, consciemment, par la volonté ? N’y a-t-il pas là une contradiction absurde : s’efforcer à laisser faire ? Et d’où vient ce laisser faire ?

Le petit livre d’Eugen Herrigel, Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc, nous donne des pistes très éclairantes sur cet apparent paradoxe. Il est d’autant plus utile qu’il aborde cette question sous l’angle d’une activité ayant un but précis, le tir à l’arc où il s’agit de viser pour atteindre la cible. Ici pas de risque de confondre le laisser faire avec un “laisser aller” paresseux. Pour réussir son coup, il faut maintenir la bonne posture ainsi que la bonne concentration et certainement ne pas s’avachir comme une loque !

(suite…)

La danse spontanée pour lâcher prise

Se laisser aller à des mouvements spontanés, laisser son corps s’exprimer, abandonner toute idée de jugement et sentir la “vague”, l’énergie et la fluidité du corps dans le mouvement, c’est ce que développe Gabrielle Roth depuis les années 60.

Dans la méthode des 5 rythmes qu’elle a développée, l’accent est mis sur le ressenti. Ici, pas de chorégraphie prédéfinie à apprendre, le danseur est libéré de la notion de mouvements justes ou faux, seul compte pour lui l’abandon à sa propre énergie vitale. La danse spontanée devient un moyen de renouer avec soi par l’intermédiaire de son corps.

Les 5 rythmes

5 rythmes structurent la pratique : fluide, staccato, chaos, lyrique, calme.

Pourquoi danser les 5 Rythmes? Les danser nous permet de découvrir un vocabulaire de mouvement libre, enraciné dans l’inconnu et la fraicheur du moment présent – un mouvement viscéral et profondément personnel. En les dansant, nous pouvons suivre nos perceptions et nos souvenirs, chercher des gestes et des formes ; nous brancher sur nos instincts et nos intuitions. Ils nous révèlent des manières d’exprimer avec créativité notre agressivité et notre vulnérabilité, nos émotions et nos angoisses, nos limites et notre extase.

Quand nous dansons, nous nous réveillons, nous plongeons et nous rafraichissons en nous même, nous nous amusons et nous oublions toutes les lourdeurs que nous transportons habituellement avec nous. Dans la danse nous devenons vrais, libres, nous nous dépassons. Le mouvement fait avancer.

Quand vous disparaissez dans la danse, vous ne vous souciez plus du paraître, être gracieux ou lourd, gros ou maigre, souriant ou grimaçant. Ces soucis de l’égo disparaissent. Lorsque vous dansez jusqu’à ce que tout ne soit plus que Danse, c’est comme si une porte s’était gentiment ouverte pour un lieu de paix, de joie, au tempo universel.

Gabrielle Roth

www.gabrielleroth.com

www.5rythmes.fr

La méditation en action : laisser faire et toucher la cible

S'efforcer de laisser faire ?
Le laisser faire, ou lâcher prise, authentique est difficile à appréhender. D'autant plus que nous avons l'habitude, au contraire, de mettre l'accent sur la volonté consciente, l'effort acharné, la maîtrise de soi. Le laisser faire est pourtant au cœur de la pratique de la méditation, et plus largement de toute forme de culture de soi : auto-hypnose, tai chi chuan, qi gong, etc.

La danse spontanée pour lâcher prise